Connexion
Menu

Qu'est-ce que Brief.me ?

Brief.me en bref

Brief.me vous réconcilie avec l’info en vous livrant l’essentiel de l’actu triée, résumée et expliquée par une équipe de journalistes expérimentés, tous les soirs à 18h30 dans votre boîte mail et le samedi matin pour notre édition du week-end.

Brief.me est né d’un double constat : alors que le volume d’information disponible est aujourd’hui pléthorique, s’informer n’a paradoxalement jamais été aussi difficile. Faire le tri entre l’important et l’urgent, entre les vraies actus et les hoax, entre les petits buzz et les infos de fond, tout ceci demande de plus en plus de temps et d’expertise.

Brief.me inaugure une nouvelle forme de journalisme, le « slow media » qui consiste à proposer moins de contenu, mais plus de sens sous une forme épurée sans publicité. Au milieu d’un flot ininterrompu d’informations et de pubs qui déferlent sans filtre sur vos pages Facebook ou Twitter, vos applis mobiles, vos agrégateurs ou vos télévisions, Brief.me est une parenthèse de calme et de détente.

 

Présentation de Brief.me

C’est un rendez-vous quotidien par e-mail qui vous fait le tri dans l’actualité pour vous aider à y voir plus clair et vous libérer du temps dans votre journée.

C’est une définition qui se veut à l’image de Brief.me : concise mais claire.

 

 

Un peu trop court quand même... Vous pouvez développer ?

D’accord. Dans cet e-mail, vous trouvez d’abord un résumé des événements des dernières heures. Vous pouvez ainsi décrocher de l’actu pendant la journée, en toute tranquillité, vous rattraperez tout ce qui s’est passé d’important. On répond ensuite à trois questions qui se posent sur une information majeure pour en comprendre le sens. Puis on vous soumet une prise de position qui nous semble pertinente et inattendue, fait avancer le débat et nous pousse à réfléchir. Nous explorons un sujet un peu plus original, décalé, révélateur de tendances profondes. Nous finissons avec une information ou un conseil pratique directement utilisable dans votre vie personnelle ou professionnelle.

Le week-end, Brief.me revient rapidement sur les principaux événements qui ont marqué l'actualité de la semaine, toujours en s'appuyant sur les faits. Le sujet principal, choisi par les lecteurs parmi trois propositions le mardi soir, revient aux sources, replace les faits dans leur contexte et en permet une compréhension optimale sans nécessiter de connaissances préalables. Puis nous vous proposons la définition d'un terme qui a été évoqué dans la semaine, comme « fonds souverain » ou « questeur ». Enfin, nous vous suggérons une sélection de liens vers des contenus écrits ou audiovisuels qui nous ont semblé intéressants de partager avec vous.

 

À quoi Brief.me peut me servir ?

À retrouver un rapport serein à l’actualité, à y voir plus clair, à vous repérer dans la masse des informations disponibles.

Brief.me part du constat que nous sommes tous, à des degrés divers, noyés sous le flot de l’information numérique : les alertes sur mobile, les newsletters, les sites web, les réseaux sociaux... Ce n’est pas tant l’information la plus importante qui est privilégiée que la plus récente. Tout nous tombe dessus sans discernement, sans ordre, sans hiérarchie.

Nous sommes de plus en plus nombreux à connaître ce même problème : nous passons un certain temps à nous informer, mais qu’en retirons-nous de durable, d’important, de tangible dans notre vie quotidienne ?

 

Quelle est la ligne rédactionnelle de Brief.me ?

Beaucoup de lecteurs disent apprécier que Brief.me ne prenne pas parti, rejoignant une de nos principales préoccupations. Notre but, en effet, n'est jamais de faire passer un point de vue sur les sujets que nous traitons, mais d'aider nos lecteurs à se forger leurs opinions en les replaçant dans leur contexte et en les mettant en perspective. Nous percevons chez certains lecteurs une défiance vis-à-vis des journalistes nourrie par l'impression qu'ils « donnent des leçons » ou « disent comment penser ». C'est ce que nous cherchons à éviter.

Cela étant dit, le choix des sujets révèle forcément des préférences et trace une ligne rédactionnelle. En résumé, nous pourrions dire que Brief.me est ouvert sur le monde, orienté vers la résolution des problèmes, technophile (mais en alerte sur les travers des nouvelles technologies) et préoccupé par l'environnement.

 

Selon quels critères sont choisis les sujets de Brief.me ?

L’un des objectifs de Brief.me est d’extraire, dans la masse des informations disponibles, celles qui sont les plus significatives et pertinentes. Notre critère principal est la recherche de sens. C’est pourquoi nous écartons les informations people, les faits divers, les résultats sportifs, sauf s’ils ont une portée plus large, au-delà de l’événement lui-même, s’ils sont le reflet d’une tendance. Pour ce faire, nous exerçons notre jugement comme n’importe quel lecteur pourrait le faire, avec une différence : nous plongeons toute la journée pour nos lecteurs dans ce flux d’information pour leur éviter de s’y noyer. Cliquez ici pour en savoir plus sur l'équipe de Brief.me.

 

Quels sont les principes de traitement de l’information par Brief.me ?

Nous veillons à ne pas avoir le moindre doute sur les informations que nous publions. Il nous arrive d’abandonner des sujets si nous n’avons pas réussi à les vérifier. Nous travaillons sans parti pris, sans prisme idéologique. Nous veillons à équilibrer les points de vue et les sources, notamment en scrutant de nombreuses sources internationales. Nous privilégions certains thèmes qui nous semblent particulièrement importants à l’heure actuelle : l’international, l’environnement, le numérique, l’égalité homme-femme, pour en citer quelques-uns. Nous apprécions de discuter avec nos lecteurs de nos choix. C’est un travail humain, artisanal, sans algorithme.

 

Je suis abonné(e) à d’autres newsletters gratuites. Pourquoi Brief.me est payant ?

Nous avons choisi de ne pas opter pour un modèle publicitaire. Notre but est de vous offrir une approche « zen » de l’information, une expérience de lecture calme et reposante. La publicité, surtout sur les mobiles, représente une intrusion qui va à l’encontre de cet objectif, quand elle n’est pas mélangée dans la confusion au contenu rédactionnel.

Brief.me mobilise une équipe de journalistes, permanents et pigistes, pour vous proposer une information rigoureuse, synthétique et originale. Nous souhaitons nous développer en proposant un produit que nos lecteurs sont heureux de payer pour ses qualités et ce qu’il leur apporte, comme lorsque vous achetez du pain chez votre boulanger.

 

Et comment ça se passe pour s'abonner ?

Vous vous posez des questions sur le fonctionnement de la période d'essai, la gestion de votre abonnement ou tout autre information pratique ? Consultez nos réponses à vos questions les plus fréquemment posées.

 

L'histoire du projet

Comment avez-vous eu l’idée de Brief.me ?

Face au constat de la surabondance de l’information numérique, certains tirent une conclusion radicale : « Arrêtez de vous informer, vous serez plus heureux. » C’est le conseil de l’auteur suisse Rolf Dobelli dans une tribune parue dans le Guardian en 2013. Selon lui, l’information, telle qu’elle est conçue aujourd’hui, nous est inutile, nous stresse et nous fait perdre du temps.

En découvrant cette tribune, nous avons sursauté, mais il fallait bien se résoudre à y voir une part de vérité. Avant d’en arriver à une telle extrémité (et de décider de changer de métier), nous avons commencé à réfléchir à une alternative, avec un groupe d’amis, entrepreneurs ou journalistes : Laurent Mauriac, Damien Cirotteau, Jean-Christophe Boulanger, Alexandre Brachet et Guillemette Faure. Laurent Mauriac, alors directeur général du site Rue89, était à la recherche d'un moyen simple, rapide, clair et précis de s'informer à la fin de sa journée de travail. Mais toutes les solutions, qu'il s'agisse des sites d'information, des réseaux sociaux ou des applis mobile, supposaient de consacrer un temps précieux à la recherche des informations vraiment importantes, utiles ou éclairantes. C'est ainsi qu'il a imaginé Brief.me.

 

Pourquoi avez-vous commencé par une phase de test ?

Plutôt que de nous observer en train d’enchaîner des numéros zéro, nous avons choisi d’aller tout de suite à la rencontre de nos lecteurs et de les impliquer : plus vite nous serions lus, plus vite nous serions critiqués et plus vite nous pourrions rectifier nos erreurs.

En octobre 2014, nous avons lancé une campagne de financement participatif sur la plateforme Ulule. Généralement, ce type d’approche a pour objectif de réunir une somme d’argent facilitant le démarrage d’un projet, mais notre objectif principal était de réunir un groupe de lecteurs-testeurs qui auraient la primeur de Brief.me et nous feraient part de leurs remarques, de leurs critiques, de leurs suggestions, directement par e-mail, au cours de rencontres physiques ou en répondant à des questionnaires.

Pendant six semaines, 900 personnes ont reçu Brief.me par e-mail trois soirs par semaine. Nous avons été bluffés par leur engagement. Ainsi, nous avons reçu plus de 500 e-mails de leur part pendant cette période. Ils nous ont aidés à peaufiner la maquette, les rubriques, leurs noms, leur ordonnancement.

Brief.me ne sera jamais un produit figé et continue d’évoluer en se nourrissant des réactions de ces lecteurs.

 

Parole aux cofondateurs

Damien Cirotteau, Jean-Christophe Boulanger et Upian sont les cofondateurs de Brief.me, aux côtés de Laurent Mauriac. Voici ce qu’ils en disent.

Damien Cirotteau est l’ancien directeur technique de Rue89 et actuellement celui de Contexte. Il a mis en place la plateforme technique de Brief.me.

« Avec Brief.me nous utilisons une technologie sous-employée par la plupart des médias : l’e-mail. Nous pensons pourtant que c’est un des meilleurs moyens d’être proche de nos lecteurs et de leur proposer un rendez-vous quotidien qu’ils attendent et lisent avec plaisir. Les contraintes techniques de ce support sont un défi passionnant puisqu’elles nous imposent une grande simplicité. »

Jean-Christophe Boulanger dirige Contexte, un site consacré aux politiques publiques françaises et européennes.

« Je suis persuadé du potentiel d’une synthèse "smart" de l’actu, efficace, surprenante et agréable. »

Alexandre Brachet a fondé l’agence Upian qui mène une double activité de studio de création et de production de webdocumentaires.

« Comment continuer à défendre l’information de qualité dans un écosystème ultra technologique qui voit les usages évoluer constamment ? En allant dans le sens de la marche. En innovant. En inventant. »

 

Remerciements

Comme aux Oscars, nous allons faire défiler ci-dessous la liste des autres personnes sans qui Brief.me n’aurait pu voir le jour.

Merci à Guillemette Faure pour son aide dans la conception du projet, à l’agence Upian (Sébastien Brothier, Eric Drier, Emmanuel Durgoni, Maxime Quintard, Jérôme Gonçalvès, Karim Moreau, Gregory Trowbridge) et à Souen Boniface (pour le développement du site).

Merci aux 900 contributeurs qui ont soutenu financièrement le projet sur la plateforme Ulule. Et parmi eux, merci particulièrement aux plus généreux (saumons, dauphins et lions de mer) : Axel Adida, Aurélien Appéré, Danielle Attias, Arnaud Aubron, Fatah Benouis, Claire Berthelemy, Mathieu Bompoint, Laurence Bonicalzi Bridier, Sébastien Bonnefoy, Frederic Burel, Michel Butel, Fabrice Cavarretta, Amelie Chaudemanche, Véronique Cirotteau, Sandrine Cochard, François Cusset, Catherine Cusset, Thierry Daniel, Jerome Delaveau, Claude Deloupy, Bertrand Denis, Ronan Denoual, Zineb Dryef, Hélène Duchène, Thibaut Duchêne, Catherine Dunand, Gregory Fabre, Gauthier Faivre, Frederic Filloux, Ségolène Fossard, Davide Fugazza, Benoît Gausseron, Laura Geisswiller, Yann Guegan, Maxim Guy, Nicolas Hernandez, Nicolas Imbert, Magali Lahoud, Pïerre Leibovici, Sébastien Lucas, Isabelle Mauriac, Yann Perron, Alain Pitous, Francois Poitrine, Benoit Raphael, Mickaël Rémond, Pascal Riché, Marie-Ange Rodeaud, Joel Ronez, Olivier Ruffin, Jean-Marc Satta, Vincent Schachter, Olivier Séguret, Franklin Servran-Schreiber, Carola Strang, Benoît Tesson, Emily Turrettini, Lisa Vaturi, Eric Villemin, Joël Wirsztel, Eva Zingoni.