Connexion
Menu

Brief.me en bref

Brief.me vous réconcilie avec l’info en vous livrant l’essentiel de l’actu triée, résumée et expliquée par une équipe de journalistes expérimentés, tous les soirs à 18h30 dans votre boîte mail et le samedi matin pour notre édition du week-end.

Brief.me est né d’un double constat : alors que le volume d’information disponible est aujourd’hui pléthorique, s’informer n’a paradoxalement jamais été aussi difficile. Faire le tri entre l’important et l’urgent, entre les vraies actus et les hoax, entre les petits buzz et les infos de fond, tout ceci demande de plus en plus de temps et d’expertise.

Brief.me inaugure une nouvelle forme de journalisme, le « slow media » qui consiste à proposer moins de contenu, mais plus de sens sous une forme épurée sans publicité. Au milieu d’un flot ininterrompu d’informations et de pubs qui déferlent sans filtre sur vos pages Facebook ou Twitter, vos applis mobiles, vos agrégateurs ou vos télévisions, Brief.me est une parenthèse de calme et de détente.

 

L’histoire du projet

Comment avez-vous eu l’idée de Brief.me ?

Face au constat de la surabondance de l’information numérique, certains tirent une conclusion radicale : « Arrêtez de vous informer, vous serez plus heureux. » C’est le conseil de l’auteur suisse Rolf Dobelli dans une tribune parue dans le Guardian en 2013. Selon lui, l’information, telle qu’elle est conçue aujourd’hui, nous est inutile, nous stresse et nous fait perdre du temps.

En découvrant cette tribune, nous avons sursauté, mais il fallait bien se résoudre à y voir une part de vérité. Avant d’en arriver à une telle extrémité (et de décider de changer de métier), nous avons commencé à réfléchir à une alternative, avec un groupe d’amis, entrepreneurs ou journalistes : Laurent Mauriac, Damien Cirotteau, Jean-Christophe Boulanger, Alexandre Brachet et Guillemette Faure.

 

Pourquoi avez-vous commencé par une phase de test ?

Plutôt que de nous observer en train d’enchaîner des numéros zéro, nous avons choisi d’aller tout de suite à la rencontre de nos lecteurs et de les impliquer : plus vite nous serions lus, plus vite nous serions critiqués et plus vite nous pourrions rectifier nos erreurs.

En octobre 2014, nous avons lancé une campagne de financement participatif sur la plateforme Ulule. Généralement, ce type d’approche a pour objectif de réunir une somme d’argent facilitant le démarrage d’un projet, mais notre objectif principal était de réunir un groupe de lecteurs-testeurs qui auraient la primeur de Brief.me et nous feraient part de leurs remarques, de leurs critiques, de leurs suggestions, directement par e-mail, au cours de rencontres physiques ou en répondant à des questionnaires.

Cette approche nous a permis de gagner un temps précieux. Pendant six semaines, 900 personnes ont reçu Brief.me par e-mail trois soirs par semaine. Nous avons été bluffés par leur engagement. Ainsi, nous avons reçu plus de 500 e-mails de leur part pendant cette période. Ils nous ont aidés à peaufiner la maquette, les rubriques, leurs noms, leur ordonnancement.

Brief.me ne sera jamais un produit figé et continue d’évoluer en se nourrissant des réactions de ces lecteurs.